BETT 2011

Le BETT (British Education and Training Technology) est le plus grand salon consacré au numérique à l’école. Il se déroule tous les ans à Londres. Cette année, c’est plus de 30 000 visiteurs, dont une soixantaine de ministres de l’éducation, (rien que ça !) qui se sont bousculés dans les allées de l’Olympia Hall du 12 au 15 janvier.

Le compte-rendu ci-dessous présente une vision forcément suggestive (600 exposants, des dizaines de conférences : impossible de tout voir !)

Les tendances fortes :
– les TNI deviennent tactiles : SMART et Promethean présentent tous deux leurs nouveaux tableaux multi-touch. Imaginez un iPhone de la taille du tableau blanc …
– les technologies du cloud computing font une entrée remarquée dans l’éducation, avec la présence de nombreux prestataires IT développant une offre éducation. Cela fait du sens au vu du nombre d’utilisateurs, et de leur éclatement géographique sur des sites multiples
– beaucoup de contenus, surtout pour le primaire avec des environnements applicatifs complets et très attractifs, colorés (salaby.no, oddizzi, pop4school, 2simple)
– les éditeurs de serious games dans l’éducation se multiplient : MangaHigh (déjà présent en 2010), Learnalot, les français de Wizarbox, Manic Monkey, the adventure learning, etc

Les tendances émergentes :
– le mobile learning : quelques société proposent des applications mobiles pour l’apprentissage : zuztertu sur Apple, wild knowledge sur Androïd, Acumen Insights). A noter aussi l’interaction avec les fonctions de géolocalisation : AEGIS, Ordnance Survey
– légo se lance sur l’apprentissage de la robotique en créant des interfaces de programmation de ses robots. A noter que Dassault System a totalement numérisé la conception des robots et leur programmation dans une interface

Les approches uniques et originales :
– letter join : aide à l’apprentissage de l’écriture avec le numérique
– guubes, jeux de réalité augmentée avec des codes barres 2D
– e-xample : l’école du futur au Portugal, une association qui regroupe un ensemble d’acteurs complémentaires pour construire l’établissement de demain. Au-delà de cet exemple, le Portugal développent une approche pragmatique, qui donne de bons résultats à PISA apparemment et même Barack Obama cite le Portugal en exemple sur l’éducation

Les valeurs sûres :
– une représentation très forte des constructeurs de TNI, comme d’habitude, même si le grand nombre de participants les rend moins visible qu’à Educatice à Paris
– une véritable séparation entre les VLE (It’s learning, fronter, uniservity – une approche originale à regarder, young digital planet) et les outils d’administration de la vie scolaire, yc communication vers les familles type mailing, SMS (schoolcomms, parentlink …) et de paiement (cantines) . De nombreux outils d’assessment. -> l’ensemble des fonctions présentes à l’école sont numérisées
– de nombreux prestataires locaux type intégrateurs / grossistes

Ce contenu a été publié dans Etudes, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire